La révolution numérique du papier

 

Le papier, c’est fini ? Obsolète ? Anachronique ? Archaïque ? Certes, l’usage que nous en faisons a considérablement changé mais il est bien loin d’avoir disparu. Catalogues, prospectus, mailings et autres courriers ont encore leur place dans notre quotidien.

Il est vrai que le web a changé notre approche de l’information. Aujourd’hui, le multicanal s’impose. En nous offrant une grande souplesse de consultation, il change notre rapport à l’écrit. Une page se repère sur un smartphone, se partage sur une tablette, se lit sur un écran, et finalement, s’imprime pour devenir document de travail ou support de communication.

Nouvelle ère

Une nouvelle ère s’ouvre encore car l’imprimé a trouvé une seconde jeunesse grâce aux technologies numériques. Les mauvais esprits prédisaient sa disparition pure et simple : les visionnaires y voient un mariage prometteur entre papier et nouvelles applications.

Le QR code a été le premier vecteur de cette révolution. Discret mais bien reconnaissable, le petit carré permet d’intégrer un savoir quasi encyclopédique sur une surface à peine plus grande qu’un timbre-poste. On ne voit rien, ou si peu, et pourtant tout est là : catalogues, brochures, images, vidéos, portails web…

Il est aujourd’hui reconnu et largement utilisé. Scanné ou flashé grâce aux applications présentes sur nos supports mobiles, il ouvre le champ de la communication. La tendance est d’ailleurs à l’élégance minimaliste : seul sur votre carte de visite, le QR code délivre son message globalisé. Il peut même entrer en interactivité avec vos interlocuteurs en leur permettant, d’un seul clic, de vous faire entrer dans leur carnet d’adresse, leur répertoire téléphonique, leur agenda…

La reconnaissance d’image a également fait des progrès énormes. De même, la « réalité augmentée » se développe sur les supports imprimés et gagne en efficacité… Nichées dans le texte ou dans les images, intégrées à la trame du papier ou créant un relief, ces connexions discrètes font le lien avec le web.

A l’heure actuelle, l’efficacité de ces nouvelles techniques n’a qu’une seule limite : elles induisent de nouveaux comportements à systématiser. Le lecteur doit ainsi avoir le réflexe de flasher ou de scanner les documents, via une application mobile par exemple, pour accéder aux informations complémentaires. Parallèlement, les éditeurs doivent faire entrer ces usages dans leur process et imaginer des solutions novatrices.

Mais à l’évidence, ces « papiers connectés », selon une terminologie joliment imagée et imaginée par les spécialistes du marketing, donnent un nouvel élan à la communication papier…

 

Share your thoughts